Jean-Marie Collot d'Herbois


CHANSON

Air : Aussitôt que la lumière vient redorer nos coteaux.


 

C’en est fait du despotisme
Et de toutes ses horreurs ;
Le feu du patriotisme
Brûle enfin dans tous les coeurs.
Que tous les peuples s’unissent
Pour imiter les Français ;
Que tous les tyrans gémissent
De n’avoir plus de sujets.

Sujets, sans doute il faut l’être ;
Soyons-le tous de la loi :
La loi seule est notre maître,
Et la loi commande au roi :
Désormais la vertu pure,
La douce fraternité,
Vont, au nom de la nature,
Escorter la liberté.

Tous les peuples de la terre
Comprennent, par nos travaux,
Que le Ciel qui les éclaire
Fut irrité de leurs maux ;
Et notre Assemblée auguste,
Qui rend de si bons décrets,
D’un Dieu bienfaisant et juste,
Interprête les arrêts.

Adorons la main suprême
Qui nous comble de bienfaits ;
Aimons autant qu’elle-même
Tous les êtres qu’elle a faits,
Poursuivons avec courage,
Ne craignons point les revers ;
Achevons ce grand ouvrage,
Le salut de l’univers.

Que le despotisme tremble,
S’il ourdit quelque noirceur.
En ce jour qui nous rassemble,
Chacun de nous, de bon coeur,
Offre, au nom de la patrie,
Au nom de l’humanité,
Son bien, son glaive et sa vie
Aux lois, à la liberté.

Paris, 1792

 




Back to the Poetry Page
Retour à la Page Poésie
Назад на страницу поэзии

Retour à la page d'accueil

Tous droits réservés. Copyright © Alla Jacobs 2006-2015.